Nos conseils

Imprimer
chezmonveto

picto Travaux d’été – vos stabulations sont vides, profitez-en !


TRAVAUX D’ÉTÉ – VOS STABULATIONS SONT VIDES, PROFITEZ-EN !

 

Les étables se vident, c'est un peu plus calme sur le plan de l'affouragement, les cultures dérobées sont ensilées, les maïs attendent la chaleur, les génisses se préparent doucement à vêler, vous disposez peut être d'un peu de temps pour réfléchir à l'année écoulée et réaliser les petits travaux qui, sur le plan sanitaire, peuvent faire la différence.

 

Une bonne désinfection en 3 étapes

 

Bien sur, l’été, on pense tout de suite au nettoyage et à la désinfection des étables libres d'animaux. Avec des vêlages toute l'année il n'est pas facile de respecter ne serait ce que quelques semaines de vide sanitaire. Cependant ces opérations restent indispensables pour faire baisser la pression microbienne. Elles seront d'autant plus efficaces que vous aurez éliminé au maximum les matières organiques. Une bonne désinfection se déroule en 3 étapes : Mouillez les restes de déjections avec une solution si possible savonneuse. Eliminez le maximum de matière organique au nettoyeur haute pression. Appliquez un désinfectant.

Pour la coccidiose, maladie de plus en plus fréquente, il faut utiliser un désinfectant adapté ou alors le nettoyeur haute-pression à eau chaude. Vous éliminerez ainsi un plus grand nombre de parasites. Pensez à désinfecter aussi les murs et les barrières !

 

Photo 1 : Ete_photo1.jpg

Légende : « L’été, les stabulations sont vides, c’est le moment d’y envisager quelques améliorations »

 

Revoir les barrières 

 

Sur le plan de l'organisation de votre travail, des petits riens peuvent avoir de grandes conséquences. Par exemple, prenez le temps d'installer la rangée de cornadis, tout neufs, livrés depuis quelques temps mais qui prend la poussière le long d'un mur !

Certains cornadis ont été élargis ? Pensez à les régler à nouveau ! Cela vous épargnera le temps et l'énergie que vous passez parfois à courir pour attraper quelques génisses sauvageonnes ou vieilles vaches acariâtres. Sans parler de l'énervement…

Il se peut aussi que vous puissiez enfin bloquer efficacement les vaches, après chaque traite, le temps que les sphincters se referment, pour lutter contre les mammites d'environnement.

 

Sinon, avez-vous réparé le couloir de contention  qui montrait des signes de fatigue lors des dernières opérations de prophylaxie ? Et si vous installiez une barrière «spéciale césarienne» dans un coin accessible avec un éclairage adapté ? Votre parc de vêlage est-il arrangé de manière optimale ? Est-il facile de le nettoyer après chaque vêlage ? Possédez-vous une infirmerie, un parc de quarantaine, réellement isolés des autres animaux ?

 

Vous pouvez aussi installer un anneau pour bloquer la tête des veaux plus sereinement lors des écornages ; ou un passage d'homme ici où la, afin d'accéder plus facilement à vos animaux. S’il faut sauter deux barrières pour mesurer la température rectale d'une bête, cela risque fort d'être reporté. Or plus un problème sanitaire est détecté et évalué précocement, plus il a de chance d'être résolu !

 

N'y a t-il pas une barrière inutile au milieu d'une case, qui date d'un temps plus ancien (que vous aviez prévu de démonter) mais qui continue à restreindre la surface disponible pour vos vaches trop serrées ? Au contraire, il est peut être temps d'installer une barrière le long du couloir d'alimentation pour que les vaches arrêtent de souiller inutilement les précieux mètres carrés d'aire de couchage qui font si souvent défaut.

 

Photo 2 : Ete_photo2.jpg

Légende : « Les barrières aménagées en été s’avéreront fort utiles à l’heure de réaliser une césarienne… »

 

Des petits gestes pour assainir le bâtiment

 

Il n'est pas rare non plus que le filet brise vent ou le bardage ajouré soit totalement encrassé par la poussière de la pailleuse. Un coup de brosse ou de soufflette permettra de rétablir une circulation d'air plus convenable ; l'ammoniac et l'humidité des litières s'évacuera plus correctement et vous diminuerez l'incidence des mammites ou des problèmes sanitaires.

Parfois l’humidité de la litière provient d’un poste d’abreuvement mal placé dans la stabulation. C’est le moment de le déplacer.

Si les tôles ajourées de la stabulation sont devenues opaques, le soleil ne peut plus entrer. La stabulation restera plus humide et moins saine. Les vaches auront moins la possibilité de synthétiser leur vitamine D nécessaire à toutes leurs fonctions biologiques et viendront plus tard en chaleurs.

 

Depuis plusieurs années nous avons des hivers froids. On peut incriminer le bâtiment dans la plupart des épidémies de problèmes respiratoires. Les veaux en particulier y sont très sensibles. Prévoyez d'aménager des refuges dans les parcs et les cases ; installez la poulie qui vous permettra de relever le toit des abris pour curer l'étable ; mettez en œuvre les solutions pour améliorer la circulation d'air dans l'étable…

 

Prévenir les boiteries 

 

Vos vaches ont boité ? Vous avez acheté la maladie de Mortellaro ? Les talons sont rongés par le fourchet ? Il existe surement une ou plusieurs zones d'humidité dans le parcours des vaches et elles se transmettent la maladie. Drainez-la, comblez une cuvette avec de la marne, bétonnez un passage boueux...

Soigner les boiteuses c'est la galère ? Aménagez un piège ou un couloir, pour les guider facilement dans une cage de parage. Il pourrait suffire de sceller un anneau au mur ou de fixer une potence métallique pour accrocher un palan.

Plus dramatique encore, les sols sont glissants et trois vaches se sont encore « équasillées » cette année ? Faites rainurer ou traiter thermiquement les bétons pour les rendre moins glissants. Le calcul est vite fait. Plusieurs vaches épargnées dans l'année rentabilisent vite un rainurage.

 

Bien sûr, dans chaque ferme la situation est différente et vous n’êtes sans doute pas concerné par toutes ces remarques mais de plus en plus, il devient évident que confort des animaux et confort de l’éleveur riment avec meilleure production. Nous sommes souvent surpris de l’ingéniosité des éleveurs à imaginer des solutions originales dans leur élevage. Encore faut-il, dans un emploi du temps surchargé, prendre le temps de réaliser ces projets !